Une rééducation périnéale permet-elle d'éviter un prolapsus ?

30 Septembre 2019 | par PérinéeShop | Prolapsus, descente d'organes

Une rééducation périnéale permet-elle d'éviter un prolapsus ?

Quand le périnée ne joue plus son rôle de soutien, des troubles intimes apparaissent, allant parfois jusqu'au prolapsus. Des symptomes sont parfois ressentis et permettent de réagir : douleurs dans le bas-ventre, sensation de lourdeur vaginale. La rééducation périnéale permet-elle d'éviter cette descente d'organe ? quels sont les causes du prolapsus ?

Prolapsus : halte aux idées reçues

Particulièrement redouté, ce type de dysfonctionnement est un sujet sensible dont on parle peu, car il est encore souvent associé à un sentiment de honte. De fait, par méconnaissance, il souffre de nombreuses idées reçues, comme celle qui consiste à croire qu'il touche uniquement les personnes âgées.

Cette vision négative est très réductrice et cache une réalité plus complexe qu'il convient de connaître car elle aide à mieux comprendre tout l'intérêt qu'il y a à prendre soin de son périnée le plus tôt possible, et ce, que l'on soit un homme ou une femme car, encore une fois, contrairement à certains préjugés, les deux sexes sont tout autant concernés par le problème. Même si bien en raison de leur anatomie, les grossesses, la ménopause, les femmes sont plus souvent touchées par la descente d'organe.

Le prolapsus a différent stade, cela peut aller de la légère descente d'un organe interne jusqu' à une exteriorisation de celui-ci.

Le relâchement des muscles en cause

En fait, s'il n'est pas faux de dire qu'avec l'âge et les modifications hormonales, les muscles du périnée ont une tendance naturelle à se relâcher, pouvant entraîner un affaissement des organes qu'ils sont en principe censés soutenir (rectum, vessie et organes génitaux), il convient aussi d'évoquer les autres facteurs qui peuvent précipiter la survenue d'une telle situation.

Chez les femmes, ce sont surtout les grossesses qui sont pointées du doigt. Et plus elles sont nombreuses ou difficiles, plus les risques de descente d'organes sont élevés. Ensuite, les sports violents et les activités supposant le port de charges lourdes peuvent, à la longue, avoir un impact extrêmement néfaste sur la zone pelvienne, jusqu'à conduire au prolapsus.

Une sensibilisation dès la grossesse

Généralement, les femmes enceintes sont sensibilisées au problème à travers les cours de préparation à l'accouchement et elles bénéficient de séances de rééducation périnéale après la visite post-natale. Seulement, pour que cette rééducation soit réellement efficace, les soins ont bien sûr l'obligation d'être de qualité, mais surtout, le praticien se doit d'avoir une approche éducative.

En effet, il est essentiel qu'il montre les bonnes postures à ses patientes, la prise de conscience de la zone périnéale à contracter lors d'effort et les amène à comprendre l'intérêt à continuer d'entretenir seules et régulièrement leur périnée (pour réduire dans le temps, les risques d’incontinence, de prolapsus, et pour maintenir une sexualité épanouie, etc.).

Une rééducation périnéale pour retonifier son périnée

Même si la rééducation périnéale a lieu généralement 6 à 8 semaines après un accouchement. Le périnée peut etre rééduqué et tonifier à tous âge, en dehors d'une période post partum, quand des troubles se font sentir (pertes urinaires, sensation de lourdeur pelvienne, etc).

Un bilan périnéal pratiqué par une sage-femme ou votre gynécologue permettra d'évaluer votre plancher pelvien et si besoin des séances de rééducation périnéale peuvent être réalisées chez un kinésithérapeute spécialisée en périnéologie, ou bien en cabinet de sage-femme. Il est aussi possible d'acquérir un appareil d'électrostimulation périnéale pour une utilisation en auto-traitement à domicile. L'ensemble de ces solutions peuvent être prise en charge par l'Assurance Maladie en cas de prescription.

En entretenant la tonicité de son périnée, ou en pratiquant une bonne rééducation périnéale, vous mettrez toutes les chances de votre coté pour éviter le prolapsus !

Les professionnels de la santé à votre écoute

Pour tous, la solution est dans l'information et la formation. De fait, n'hésitez pas à aborder le sujet avec votre médecin ou votre sage-femme, même en l'absence de tout symptôme.

Ajouter un commentaire

Veuillez saisir votre nom
Veuillez saisir votre email
Veuillez saisir un message

Retrouvez dans la boutique