Déchirures périnéales et épisiotomie : quelles incidences sur le périnée ?

14 Novembre 2014 | par Périnée Shop | Grossesse, Accouchement et Périnée

Déchirures périnéales et épisiotomie : quelles incidences sur le périnée ?

Pour une femme, subir une déchirure périnéale ou une épisiotomie en toute fin d'accouchement n'a rien d'anodin, car le fait d'avoir un périnée meurtri peut avoir de lourdes de conséquences : fuites urinaires, douleurs pelviennes, descentes d'organes (ou prolapsus), etc.

D'où l'intérêt de mieux connaître ces situations particulières pendant l'accouchement pour tenter de les gérer et éviter qu'elles ne laissent des séquelles.

Les déchirures périnéales, qu'est ce que c'est ?

En principe, la future maman doit pousser lorsque la tête de bébé appuie sur les muscles du périnée.

Or, le périnée doit rester suffisamment souple pour supporter la pression qui va suivre. Malheureusement, certains facteurs (premier enfant...) peuvent induire une résistance.

Sous les efforts répétés, les tissus finissent par céder, aidés parfois par l'utilisation d'un instrument d'extraction (forceps...) et c'est la déchirure périnéale.

La déchirure périnéale repond à divers degrés de sévérité, allant de la déchirure superficielle, jusqu'à la déchirure complète touchant l'anus.

L'épisiotomie pendant l'accouchement

Pour éviter les déchirures périnéales, les obstétriciens peuvent élargir eux-mêmes le passage, en faisant une légère incision qu'ils suturent immédiatement après l'accouchement. C'est ce qu'on appelle l'épisiotomie.

Cet acte chirurgical est parfois pratiqué in extremis (travail trop long pendant l'accouchement,...), mais parfois aussi programmé, notamment en cas de périnée peu élastique pour eviter les déchirures périnéales (souvent en première grossesse).

Déchirures périnéales et épisiotomie : quelles incidences sur le périnée ?

Même si les déchirures périnéales et l'épisiotomie permettent de limiter la souffrance fœtale en aidant bébé à sortir plus rapidement, ce sont aussi des épisodes particulièrement traumatisants pour celle qui les subit. Touchant la zone périnéale, extrêmement sensible et affaiblie par 9 mois de grossesse, ces nouvelles lésions fragilisent davantage les muscles du plancher pelvien.

Ainsi, les déchirures périnéales sévères peuvent engendrer des douleurs pelviennes bien après la naissance. Le jeune maman peut meme souffrir de dyspareunie qui sont des douleurs vives pendant les rapports sexuels.

Quant à l'épisiotomie, elle cicatriserait plus difficilement qu'une déchirure naturelle, ne limiterait pas forcément la survenue de cette dernière et la favoriserait même lors des grossesses suivantes. D'où le recours à l'episiotomie qui est désormais moins systématique, notamment chez les femmes primipares (première grossesse).

Quels sont les solutions pour soulager ce périnée et eviter l'épisiotomie ?

Les traumatismes périnéaux sont souvent difficiles à vivre pour les nouvelles mamans, physiquement et sexuellement avec des troubles comme les douleurs post-partum, la dyspareunie, l'incontinence urinaire...), mais également psychologiquement (sentiment de mutilation après une épisiotomie).

Heureusement, on peut essayer de les éviter ou de limiter leurs effets délétères en suivant assidûment les cours de préparation à l'accouchement et en écoutant les conseils des sages-femmes.

En effet, les sages-femmes peuvent ainsi proposer aux femmes enceintes de pratiquer le massage du périnée avec une huile de massage spécial périnée pour l'assouplir.

Il est aussi essentiel de pratiquer une rééducation périnéale après l'accouchement qui peut etre pratiquée en séance chez une sage-femme ou kinésithérapeute spécialisé ou bien, à domicile en se faisant prescrire un electrostimulateur.

Ajouter un commentaire

Veuillez saisir votre nom
Veuillez saisir votre email
Veuillez saisir un message