Incontinence urinaire masculine : comment la soigner ?

14 Janvier 2015 | par Perinée Shop | Electrostimulation périnéale, Le périnée chez l'homme

Incontinence urinaire masculine : comment la soigner ?
L'incontinence urinaire masculineLes problèmes d'incontinence urinaire, de fuites urinaires, ont beau toucher plus fréquemment les femmes, les hommes sont eux aussi susceptibles d'y être confrontés.
De fait, les hommes tout comme les femmes peuvent être amenés à suivre une rééducation périnéale, laquelle se conjugue sans difficulté au masculin.

Avant de développer plus en détails les solutions aux problèmes de fuites urinaires, de pertes d'urine, d'incontinence. Revenons sur les différents types d'incontinence urinaire masculine.

Les différents types d’incontinence urinaire chez l’homme

On distingue en effet, plusieurs types d’incontinence urinaire masculine :

- L’incontinence d’effort. Elle se produit au moindre effort physique (rire, toux, éternuements, activité sportive...), sans qu'il y ait une réelle envie d'uriner, et dans un contexte de périnée déjà fragilisé, comme après une ablation de la prostate (prostatectomie).

- L’incontinence d’urgence ou par impériosité. On parle aussi d’incontinence d'urgenturie ou de "vessie hyperactive". Elle se manifeste par des mictions très fréquentes, incontrôlables, notamment la nuit. Les facteurs déclenchants sont généralement l'âge, les AVC (Accidents Vasculaires Cérébraux), ou les maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson).

- L’incontinence mixte (mélange d’incontinence d’effort et d’incontinence d’urgence)

- L’incontinence de "trop-plein" ou par regorgement. Elle est liée à une faiblesse des muscles de la vessie qui ne se contractent plus correctement et ne permettent plus d'évacuer complètement l'urine. Cette situation est fréquente en cas de trouble de la prostate, de maladie neurologique ou encore de diabète.

La rééducation périnéale pour améliorer les problèmes d’incontinence masculine

Au moindre signe de dysfonctionnement, du léger problème de pertes urinaires à l’incontinence, il est primordial de commencer par consulter un professionnel de santé, un médecin spécialiste comme un urologue, ou bien un praticien comme un kinésithérapeute, à condition que celui-ci soit bien spécialisé en rééducation uro-gynécologique.

Celui-ci évaluera le type d’incontinence, le stade et les zones des muscles du périnée affaiblis qui ont besoin d’être remusclé pour améliorer le problème de fuites urinaires.

Il sera donc possible de faire sa rééducation périnéale avec un kinésithérapeute spécialisé en urologie ou bien chez soi, à domicile.

Le kinésithérapeute proposera suivant le patient, le type d’incontinence et les zones périnéales affaiblies plusieurs méthodes : manuelle, electrostimulation périnéale, biofeedback.

Ensuite, il n'est pas interdit de poursuivre ou de faire sa rééducation périnéale chez soi. En effet, il existe de nombreux appareils de rééducation périnéale qui sont utilisables à domicile comme des périnéomètres biofeedback (PFX A..), des électrostimulateurs (Cefar Persistim Pro, Pelvitone, ...).

Certains, comme les appareils d’electrostimulation, appelé aussi appareil de stimulation périnéale sont même remboursés par l'Assurance Maladie jusqu’à 304,90 euros, sur simple prescription médicale.

Par contre, il est à noter que la plupart des dispositifs proposés dans le cadre d'une rééducation périnéale, supposent d'avoir recours à une sonde anale lorsqu'ils sont destinés à des hommes, ce que ces derniers ne supportent pas forcément bien.

La stimulation du nerf tibial postérieur pour le traitement de d'hyperactivité vésicale

Il existe une solution alternative, non invasive, qui semble donner de très bons résultats en cas d'hyperactivité vésicale : la stimulation électrique transcutanée, qui intervient au niveau du nerf tibial postérieur, appelé aussi neuromodulation du nerf tibial postérieur.

L'appareil Urostim2 utilise la stimulation du nerf tibial postérieurCe type de stimulation du nerf tibial postérieur est proposé sur certains électrostimulateurs périnéaux comme l’Urostim 2.

Le fonctionnement est simple. L’appareil est relié à des électrodes autocollantes qui vont être positionnées à même la peau, sur l’intérieur du pied, l'une derrière la malléole interne et l'autre 10 cm au-dessus. 

Une fois le dispositif branché, les électrodes dispensent un faible courant électrique dont il faut régler l'intensité jusqu'à obtenir une légère réaction musculaire au niveau de la zone périnéale.

Stimulation du nerf tibial postérieur pour traiter l'hyperactivité vésicale

Le trajet du nerf tibial postérieur part de l’intérieur du pied et poursuit son trajet le long de la jambe pour finir dans la zone du périnée.

A raison de 2 jusqu'a 3 séances par semaine, de 20 min chacune, de nombreux patients souffrant d’hyperactivité vésicale, et notamment de pollakiurie nocturne, retrouvent assez rapidement un mieux-être notable.

Ajouter un commentaire

Veuillez saisir votre nom
Veuillez saisir votre email
Veuillez saisir un message

Retrouvez dans la boutique