Constipation : les dangers pour le périnée

30 Septembre 2013 | par Périnée Shop | Le périnée

Constipation : quel risque pour le périnée ?Très banale puisqu'elle touche un fort pourcentage de la population, la constipation n'est cependant pas une affection anodine, surtout si elle s'installe dans le temps et devient chronique, car elle peut alors donner lieu à des complications assez douloureuses ou handicapantes. On pense aux hémorroïdes et autres fissures anales, mais dans la mesure où elle malmène également les muscles du périnée, elle peut occasionner des fuites urinaires, voire une descente d'organes (prolapsus).

En fait, on parle véritablement de constipation dès lors qu'une personne se rend aux toilettes moins de 3 fois par semaine ou a du mal à évacuer ses selles parce qu'elles sont dures, et cela sur une longue période qui peut aller de plusieurs semaines à plusieurs mois et même plusieurs années.

Les tentatives d'expulsion, réussies ou non, engendrent des efforts de poussée tellement intenses et répétés qu'à la longue, ils traumatisent le périnée, lequel finit par se relâcher jusqu'à ne plus pouvoir assurer son rôle primordial de soutien des organes du petit bassin, à plus forte raison s'il est déjà fragilisé par une grossesse, un fort embonpoint, etc. 

Les exercices de Kegel au secours du périnée

Certes, la rééducation à base d'électrostimulation périnéale ou encore d'exercices de Kegel très doux peut assez facilement remédier aux dysfonctionnements du périnée, toutefois, celle-ci s'avère vaine si la cause première du problème n'est pas traitée préalablement, en l'occurrence, la constipation.
 

L'importance en cas de troubles durables

 
C'est pourquoi, en cas de troubles intestinaux durablement installés, il est essentiel de s'interroger sur les principaux facteurs déclenchants et de consulter si possible un médecin. Le plus souvent, c'est une mauvaise hygiène de vie qui est mise en avant, marquée par une grande sédentarité avec une activité physique très restreinte, une alimentation pauvre en fruits et légumes et une hydratation insuffisante. Le stress et la prise de certains médicaments (somnifères, antidépresseurs) sont aussi une source de désordre. Quant aux laxatifs pris régulièrement, ce ne sont que de faux amis qui ne font qu'aggraver le problème car, dès l'arrêt, la rechute est souvent plus sévère. 

Il suffit généralement de modifier ses habitudes en rééquilibrant son alimentation et en bougeant plus pour retrouver un bon transit. Dès lors, plus rien ne s'oppose à mettre en place un programme de rééducation périnéale adapté, avec l'aide de son médecin ou d'un kinésithérapeute.

Ajouter un commentaire

Veuillez saisir votre nom
Veuillez saisir votre email
Veuillez saisir un message

Retrouvez dans la boutique