L’atrophie vaginale : quand les rapports sexuels deviennent douloureux

10 Janvier 2019 | par Périnée Shop | Vaginisme, Douleurs intimes

L’atrophie vaginale : quand les rapports sexuels deviennent douloureux
Bien que nous n’en entendions que très peu parler, de nombreuses femmes souffrent d’atrophie vaginale, notamment à partir d’un certain âge. C’est d’ailleurs l’un des symptômes les plus observés chez les femmes ménopausées.
Mais alors, à quoi doit-on cette atrophie qui touche tant de femmes et qui cause tant de désagréments ? Découvrons ensemble les solutions pour vous aider.

Qu’est-ce que l’atrophie vaginale ?

L’atrophie vaginale correspond à un amincissement des parois du vagin ainsi qu’à une sécheresse sévère causant des irritations et des sensations de brûlures. Certaines femmes atteintes d’atrophie vaginale souffrent aussi de troubles urinaires (envies fréquentes, douleurs), d’infections à répétitions ou de saignements anormaux.

Tous ces symptômes engendrent des douleurs parfois vives durant les rapports sexuels, ce qui perturbe considérablement la vie intime des couples. Les femmes ont du mal à éprouver du plaisir et l’appréhension de la douleur engendre souvent une certaine anxiété et donc un manque de lubrification, ce qui rend la pénétration encore plus difficile : c’est un véritable cercle vicieux. Tout cela entraîne une baisse de la libido, voire même une aversion totale pour les relations sexuelles.

L’harmonie du couple en est totalement bouleversée : alors que la femme se sent frustrée et culpabilise, l’homme se sent rejeté. Il a peur que ce soit de sa faute et ne comprend souvent pas la raison de cette perte de désir, plus ou moins soudaine.

Ménopause et atrophie vaginale

L’atrophie vaginale apparait à cause d’une carence en œstrogène. Durant la ménopause, on observe une baisse importante de la production d’hormones, et notamment d’œstrogènes. Bien que ce changement hormonal lié à la vieillesse soit un phénomène normal, les conséquences que cela entraîne ne doivent pas être considérées comme une fatalité.

Soulager les problèmes d’atrophie vaginale

L’atrophie vaginale ne disparait jamais d’elle-même. Au contraire, la sécheresse, si on ne fait rien, a tendance à s’aggraver avec le temps. Il est donc nécessaire de prendre le problème au sérieux dès l’apparition des premiers symptômes afin de tout faire pour soulager les douleurs.

Un lubrifiant intime adapté est une première étape

Lors des rapports sexuels, il est recommandé d’utiliser un lubrifiant. Celui-ci contribuera à améliorer votre confort et votre plaisir en limitant les douleurs.

Lubrifiant particulièrement adaptée pour les muqueuses fragilesNous vous recommandons les lubrifiants de la gamme Pjur Med qui sauront respecter votre corps, et propose différents types de lubrifiant adaptés à chaque problèmatique

Le lubrifiant Repair Glide de Pjur Med est particulièrement adapté : il contient de l’acide hyaluronique qui a des propriétés régénérantes pour les peaux sèches.

Vous pouvez aussi choisir le lubrifiant-hydratant Intimina. Il a la particularité d’être enrichi à l'Aloé Véra pour être à la fois un lubrifiant et hydratant. Très pratique !

D’ailleurs, sachez que conserver une activité sexuelle favorise le désir en y ajoutant un lubrifiant aide à lutter contre les symptômes de l’atrophie vaginale.

Utiliser des dilatateurs vaginaux : une solution efficace

Set de 5 dilatateurs vaginauxLes dilatateurs vaginaux, aussi appelés bougies vaginales, peuvent être utilisés afin d’exercer des massages internes sur les zones douloureuses. Ils vous aideront donc à apaiser vos douleurs.

De même, leur utilisation permet d’assouplir les parois vaginales et de leur rendre leur élasticité. Il s’agit d’un travail réellement progressif.

Le pack Premium VAGIWELL propose ainsi 5 bougies vaginales. L’idée est de débuter avec le plus petit dilatateur pour, au fur et à mesure des séances, passer à des tailles de dilatateurs plus importantes.

Sachez si vous avez une réticence à utiliser ce type de solution seule chez vous, vous pouvez aussi prendre rendez-vous chez un praticien spécialiste de la douleur intime (sage-femme, kinésithérapeute spécialisé…) qui pourra vous aider dans le traitement de la douleur et l'atrophie.

Des traitements plus contraignants

Si ces conseils ne suffisent pas à soulager votre problème d’atrophie vaginale, il sera certainement nécessaire de consulter un médecin pour envisager un traitement plus important.

Des traitements hormonaux substitutifs peuvent ainsi être prescrits afin de combler le manque d’œstrogènes. La plupart du temps, ces traitements requièrent une application locale (ovules administrés par voie vaginale, crèmes appliquées régulièrement, anneau libérant des hormones).

Pour les femmes qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas subir de traitement hormonal (en cas de cancer du sein par exemple), d’autres solutions existent : les infiltrations d’acide hyaluronique, le laser, …) mais ces dernières sont très coûteuses et ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale.

Quoiqu’il en soit, ne souffrez pas en silence. Parlez-en !

1 Commentaires

par Dos Santos , Le 26/03/2019 à 10h01

Bonjour je vraiment très mal a cause de l'atrophie. J'aimerai essaye un produit de chez pour voir si ça marche.


Ajouter un commentaire

Veuillez saisir votre nom
Veuillez saisir votre email
Veuillez saisir un message

Retrouvez dans la boutique