La Boutique du périnée et de la rééducation périnéale

du Lundi au Vendredi
de 9h-12h / 14h-18h
(Vendredi : 17h)
09 72 35 79 80 prix d’un appel local

Mercredi 09 Avril 2014 à 00h17

Eternuements et fuites urinaires : faut-il s'inquiéter ?

Par PérinéeShop | dans Grossesse, Accouchement et Périnée, Le périnée | Aucun commentaire pour le moment | Mots-clés : pertes d'urines, dysfonctionnement urinaire, fuites urinaires

Si éternuer est un réflexe extrêmement banal, en principe sans conséquence, il devient beaucoup moins anodin, le jour où il s'accompagne de légères pertes d'urines. Et plus la situation perdure, plus elle est embarrassante pour ceux qui la subissent. Dès les premiers signes, il est donc important de ne pas en rester là et de consulter pour déterminer ce qui ne va pas. 

En fait, les éternuements ne sont pas en eux-mêmes un souci. Ce qui doit interpeller, c'est le dysfonctionnement urinaire qu'ils révèlent. Comprendre les mécanismes de ce dernier et en chercher les causes est une priorité si l'on souhaite reprendre le contrôle de sa vessie et retrouver une certaine qualité de vie, d'autant que ces symptômes peuvent aussi cacher une pathologie plus grave.

Les problèmes de fuites urinaires qui surviennent après avoir éternué ne sont pas rares, et peuvent toucher tout un chacun, quel que soit l'âge, même si les femmes sont sensiblement plus concernées que les hommes, suite aux multiples bouleversements physiques et hormonaux qu'elles subissent tout au long de leur vie.

Le plus souvent, il s'agit d'une incontinence d'effort, un trouble que les nouvelles mamans connaissent bien, de même que toutes les personnes qui sollicitent anormalement la zone du petit bassin, ce qui a pour conséquence première de fragiliser leur plancher pelvien. Distendus, les muscles de ce dernier ne parviennent plus à garantir le contrôle des fonctions urinaires. Si bien qu'au moindre effort provoquant une nette pression abdominale, comme un simple éternuement, l'urètre, qui est le canal par lequel progresse l'urine depuis la vessie jusqu'à l'orifice de sortie, n'oppose quasiment plus de résistance. Son sphincter cède sous la forte pression et finit par s'ouvrir involontairement, donnant lieu à des fuites urinaires plus ou moins conséquentes. Parfois, le phénomène est accentué, car à l'incontinence d'effort, vient se greffer une incontinence par impériosité (envie urgente, incontrôlable). On parle alors d'incontinence mixte.

Outre les grossesses et accouchements, le sport intensif, les problèmes de poids, la constipation, certaines interventions chirurgicales ou encore l'âge (ménopause, hypertrophie de la prostate), de nombreux autres facteurs peuvent provoquer de tels dysfonctionnements urinaires, à commencer par des descentes d'organes ou prolapsus.

Certaines maladies chroniques et neurologiques ont également leur part de responsabilité (diabète, Parkinson, Alzheimer, sclérose en plaques). Attention donc à ne pas négliger les petites fuites involontaires consécutives à un simple éternuement, pour ne pas passer à côté de quelque chose de plus sérieux.

Ajouter un commentaire :