PérinéeShop est élu dans la catégorie paramédical au palmarès des meilleurs sites ecommerce

Vaginisme : bien vivre sa grossesse

16 Février 2014 | par Périnée Shop | Grossesse, Accouchement et Périnée, Vaginisme, Douleurs intimes

Il y a quelques jours, nous vous avons proposé sur notre site, un article intitulé "Vaginisme : une entrave pour devenir maman ?". Suite au succès de cet article, nous avons désiré vous proposer un complément sur le sujet de bien vivre sa grossesse malgré le vaginisme. Bonne lecture.

Vaginisme : il est possible de vivre une grossesse épanouie

Généralement, le fait de porter la vie plonge la plupart des femmes dans une douce béatitude qui leur permet de supporter bien des petits inconvénients liés à leur état, comme les examens gynécologiques réguliers. Toutefois, pour celles atteintes de vaginisme, les choses se révèlent plus compliquées tant il est difficile pour elles d'envisager la moindre intrusion au cœur de leur intimité. Heureusement, il existe des parades pour qu'elles aussi puissent bien vivre leur grossesse.

Avant tout, ne pas dramatiser et trouver la bonne solution

Être enceinte impose un suivi médical rigoureux, marqué par un certain nombre d'examens gynécologiques plus ou moins agréables. Malheureusement, les femmes souffrant de vaginisme angoissent à cette idée, car elles nourrissent une phobie à l'égard du toucher vaginal ou de l'auscultation avec un spéculum. Leur problème est lié aux muscles de leur vagin qui se contractent automatiquement dès lors qu'une quelconque pénétration vaginale est envisagée. Et si celle-ci a finalement lieu, elle occasionne douleurs, élancements ou encore démangeaisons. Cela a des conséquences dramatiques sur leurs relations sexuelles et pose de réels problèmes lorsqu'elles doivent être examinées par un gynécologue ou une sage-femme, ce qui est primordial en cas de grossesse. Certes, il est possible de forcer l'examen, mais le risque est grand d'accentuer encore plus le réflexe de protection et donc le blocage. Autant dire que la démarche est à exclure, tout comme la solution qui consisterait à se passer de suivi.

Rassurance et confiance en sa sage-femme sont un bon point de départ

En effet, le problème est le plus souvent d'origine psychologique et c'est à ce niveau qu'il convient d'intervenir. Le but est de rassurer la future maman et de l'aider à se détendre. Pour ce faire, le rôle du personnel médical est essentiel. Ainsi, tous les intervenants doivent faire preuve de patience. En revanche, si l'un d'eux venait à se montrer peu compréhensif, voire brusque ou même blessant (ce qui est rare mais peut arriver), un changement de personne ne peut qu'être salutaire, car il est très important qu'une relation de confiance s'instaure sur toute la durée de la grossesse.

Évoquez le vaginisme au plus tôt à votre sage-femme

On peut insister sur l'intérêt d'évoquer son trouble auprès des sages-femmes responsables des cours de préparation à l'accouchement. Réputées très douces et formées pour accompagner au mieux les futures mamans tout au long de leur grossesse, elles peuvent être une bonne parade à l'angoisse, grâce aux judicieux conseils qu'elles dispensent.

Enfin, si le blocage est réellement problématique, le recours à un sexothérapeute peut être une très bonne piste, d'autant qu'il pourra aussi aider le couple à retrouver une sexualité heureuse.

Ajouter un commentaire

Veuillez saisir votre nom
Veuillez saisir votre email
Veuillez saisir un message