Le vaginisme : définition, causes, conséquences
09 72 35 79 80 prix d’un appel local du Lundi au Vendredi de 9h-12h / 14h-18h (Vendredi : 17h)

Lundi 26 Août 2013 à 11h12

Le Vaginisme ou le langage du corps

Par PérinéeShop | dans Vaginisme, Douleurs intimes Ce billet a suscité : 3 commentaires | Mots-clés : vaginisme, hypertonie périnéale

Laure Mourichon, Kinésithérapeute en uro-gynécologie, et auteur du livre "Sexualité, Maternité : paroles de femme", nous propose de découvrir un article sur le vaginisme.

Qu'est ce que vaginisme ?

Le vaginisme est une contraction réflexe, inconsciente de la musculature périnéale que la femme met en place pour se protéger par peur de la pénétration lors du rapport sexuel ou de la consultation gynécologique.

Cette hypertonie périnéale rend alors la pénétration difficile et douloureuse voir impossible en cas de vaginisme sévère.

La psyché et le corps forment un tout indissociable, ils ne fonctionnent pas l’un sans l’autre. Les affects, les émotions vont avoir une incidence sur le corps. Le corps est un miroir qui traduit l’expression de notre ressenti, de notre vécu.

Chaque être humain se construit à partir de son histoire familiale, de l’amour qu’il a reçu ou non, de son éducation, des principes religieux parfois. Sa route est parfois sinueuse, parsemée de doutes, d’interdits, de non dits, de traumatismes.

Le vaginisme peut être primaire ou secondaire faisant suite parfois à des dyspareunies orificielles après infections vaginales répétitives ou après accouchement traumatisant.

Les causes du vaginisme

Les causes d’un vaginisme primaire sont multiples :

  • abus sexuels, attouchements sexuels ou climats incestueux dans l’enfance
  • éducation très rigide où la sexualité est vécue comme quelque chose de sale, de malsain.
  • éducation religieuse stricte où le plaisir a peu de place dans la sexualité et où la virginité est primordiale
  • relation très fusionnelle à la mère empêchant la femme de s’accomplir et de s’épanouir sexuellement.

Le corps est étonnant, il traduit en symptômes ce que la violence du traumatisme a empêché de verbaliser, refoulant au plus profond de la psyché, allant à oublier parfois l’acte lui même pour continuer à vivre.

Il devient l’expression d’une souffrance muette. Le corps a une mémoire, il se referme, se replie sur lui même. C’est un fonctionnement logique, protecteur que la femme met alors en place pour se protéger sans en avoir conscience. 

Conclusion

Le vagin, ce cher inconnu de nombreuses femmes, entouré de tabous, d’interdits, ce petit creux féminin existe bien.

Le vaginisme n’est pas une maladie, il est l’expression d’une souffrance psychique qui se traduit en somatisations corporelles.

De ce vagin qui était vécu comme un lieu de peur et de souffrance, tel un buisson épineux, infertile, est sorti un bouton d’une fleur inconnue qui au fil du travail sur la féminité et le relâchement s’est épanouie en une fleur belle, généreuse et offerte.

A propos de Laure Mourichon :

 

Laure Mourichon
Kinésithérapeute en uro-gynécologie
Sexologue diplômée de la Faculté de médecine de Bobigny
Attachée d’enseignement à l’INK et à la Faculté de médecine de Bobigny
Attachée à l’Hôpital Tenon

 

 

 

 

Les commentaires :

  1. Mercredi 14 Juin 17 à 10h57, par Nawel

    Je soufre de vaginisme,comment traiter

    Bonjour, Il est recommandé de consulter une sage-femme ou un kiné spécialisé dans le traitement des douleurs périnéales, ou bien votre gynécologue qui pourra aussi vous proposer l'utilisation de dilatateurs vaginaux.

  2. Jeudi 22 Novembre 18 à 16h19, par Capucine

    Bonjour,
    J'ai acheté un ensemble de bougies vaginales via votre site, et j'ai commencé les exercices. De façon très irrégulières, j'ai commencé il y a plus d'un an, avec le plus petit et je suis arrivée au 3ème, puis j'ai abandonné plusieurs mois pour m'y remettre aujourd'hui.

    Je pense que ce que j'ai c'est du vaginisme, c'est-à-dire qu'il est impossible de rentrer quelque chose dans mon vagin telleemnt j'ai peur de la douleur, même un tampon je n'y arrive pas, encore moins une mooncup, et en 34 ans je n'ai jamais pu avoir de rapports sexuels avec pénétration.

    Aujourd'hui j'ai donc repris les bougies, j'ai bien réussi jusqu'à la 3ème, j'étais assez détendue mentalement et physiquement, c'était bien lubrifié, j'étais calme, patiente. Mais lorsque j'ai voulu insérer la 4ème taille, impossible, ça me fait la sensation habituelle lorsque j'essaye avec un tampon aussi, sensation comme si en passant la bougie me brulait ou m'arrachait la peau, comme si je rentrait un objet acéré dans mon vagin.

    Je ne comprends absolument pas cette réaction, ni ne sais ce que je dois faire.

    Merci de votre avis svp, n'hésitez pas à m'en demander plus ou me poser des questions si cela manque de précisions.

    Bien cdt.

    Bonjour, l'utilisation des dilatateurs vaginaux (ou bougies vaginales) et surtout l'évolution d'une taille à une autre nécessite beaucoup de temps pour certaines femmes. Il est important également de procéder à des massages doux le dilatateur pour assouplir de façon très très douce (à l'aide de lubrifiant ou même d'huile pour le périnée). N'étant pas médecin nous ne pouvons vous apporter un avis sur vos sensations douloureuses. Sachez toutefois que certaines sage-femmes sont formées à la douleur intime (suite d'épisio, douleurs périnéales, vaginisme, etc) il pourrait être bien pour vous d'en consulter une. N'hésitez pas à contacter les sages-femmes de votre région en leur demandant si elles s'occupent également de la gestion de la douleur intime. Cordialement, PérinéeShop

  3. Vendredi 07 Décembre 18 à 10h55, par Judith A.

    Merci beaucoup pour cette idée, je vais me renseigner.

Ajouter un commentaire (pas d'avis médical, merci de votre compréhension) :